Laisser les croyances de chacun à la maison ?

, par Cyril Naudin

Le numéro du 10 janvier du journal "Mon Petit Quotidien" présente ainsi la laïcité aux enfants : "C’est une règle dans notre pays depuis 1905. Elle dit que chacun est libre de choisir sa religion ou de ne pas en avoir. Les chefs du pays prennent des décisions pour tous les habitants, sans tenir compte des religions. Dans les écoles publiques, par exemple, les connaissances sont enseignées à tous de la même manière. Les croyances de chacun doivent rester à la maison, dans la vie privée."

Cette dernière phrase pose question. En effet, l’article 3 de la Charte de la laïcité à l’école précise : "[La laïcité] permet la libre expression de ses convictions, dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public." Elle permet à chaque conviction personnelle de se manifester publiquement par la parole, la réunion, l’exercice d’un culte ou autre célébration, « dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public  ».

Ainsi, contrairement à ce que l’on entend souvent, la laïcité ne relègue pas les religions dans le domaine privé ; au contraire, elle garantit et organise leur expression dans l’espace public.

Et à l’école ? L’article 8 de la Charte rappelle que "la laïcité permet l’exercice de la liberté d’expression des élèves dans la limite du bon fonctionnement de l’École comme du respect des valeurs républicaines et du pluralisme des convictions." Chacun dans l’Ecole doit se sentir libre de s’exprimer. Pour cela, chacun doit s’imposer les mêmes limites dans l’affirmation de ses convictions  : l’écoute d’autrui, la politesse envers lui et l’expression de ses convictions, la tolérance et la bienveillance envers ce qu’il dit et ce qu’il est.